post

Le kitesurf est-il un sport dangereux ?

Le kitesurf est un sport en plein essor, qui attire de plus en plus d’adeptes chaque année. C’est particulièrement l’été, que la plupart d’entre eux débutent cette activité, bien qu’elle puisse se pratiquer toute l’année.
Mais il est vrai qu’il est bien plus agréable de réaliser ses premières chutes dans l’eau, à la saison où les températures dépassent largement les 0 degrés.

Bien s’équiper avant une séance de kitesurf

Si l’engouement est là, c’est parce que ce sport est accessible à une large tranche d’âge. On peut en effet débuter en kitesurf facilement, que l’on ait 10 ans ou 50 ans.
Néanmoins, il convient de s’équiper correctement avant chaque séance. Malheureusement, des accidents arrivent parfois, quand les consignes de sécurité ne sont pas respectées. Ainsi, il est nécessaire de se lancer en ayant avec soi tout le matériel nécessaire : une aile de kitesurf, une planche, mais aussi, un casque, afin d’éviter les blessures à la tête en cas de problème.

Se faire accompagner quand on débute le kitesurf

Lors des premières sorties, mieux vaut être accompagné d’un professionnel. Ce dernier peut vous permettre à la fois de trouver votre rythme pour progresser de façon plus rapide, mais aussi de vous sensibiliser aux mauvais gestes qui peuvent être à l’origine d’accidents grave, que ce soit pour vous-même ou pour les personnes se trouvant à proximité de vous lorsque vous faites du kite. Car un faux mouvement, une mauvaise maîtrise de son aile ou de sa planche, peuvent être fatal pour un baigneur ou pour le kitesurfeur lui-même.
Un accident peut vite survenir voilà pourquoi il est nécessaire de se faire accompagner quand on débute le kite, comme le souligne cet article.
Et même quand on a de l’expérience, mieux vaut pouvoir compter sur un coéquipier pour se faire aider en cas de problème. Tout comme la plongée sous-marine, le kitesurf est un sport qu’il est déconseillé de pratiquer en solitaire.
Qui plus est, il est agréable de se dépenser sur l’eau en duo, à condition, évidemment, de prendre assez de distance pour ne pas s’emmêler les ailes! Pour cela, encore, une bonne maîtrise de sa barre de kitesurf est indispensable.
En somme, si le kitesurf est un sport extrême, il n’est pas à proprement parler « dangereux ». Tout comme l’escalade ou le karting, il exige simplement d’être correctement entrainé, formé, et épaulé. Si le kitesurf était dangereux, il ne serait d’ailleurs pas autorisé aux jeunes enfants et aux seniors. Encore une fois, il est simplement nécessaire de suivre des consignes de sécurité, de bien maîtriser l’équipement de kitesurf, et de rester vigilant pour ne pas prendre de risques.

post

Quelle alimentation pour le sport ?

En nutrition sportive l’alimentation est un facteur très important tant pour le sportif de haut niveau que pour le sportif de niveau modeste mais qui s’entraîne de façon régulière afin de garder la forme.

Une alimentation variée permet l’apport complet des nutriments indispensables à une bonne condition physique. Les difficultés surviennent le plus souvent du fait de la qualité de l’alimentation généralement appauvrie. Les calories vides des produits industriels remplacent les produits bios et riches en nutriments. Les fruits et légumes produits localement et cultivés dans le respect des normes de l’agriculture biologique sont, bien plus préférables aux produits transformés fournies par les grandes chaînes de l’agro-alimentaire. Il y a bien entendu un obstacle financier mais également un choix de qualité de vie pour cette orientation.

 

Quelle alimentation pour exceller en sport

Peut-on manger avant l’entraînement ?

En principe, le sportif doit manger 3 à 4 heures avant sa séance un repas équilibré et en quantité suffisante, afin que le besoin de manger ne se fasse pas sentir trop rapidement : les réserves énergétiques sont suffisantes. Ainsi s’il déjeune à 13 heures et qu’il s’entraîne à 17 heures, pas besoin de s’alimenter. En revanche, si l’effort se déroule aux environs de 19 heures, à la sortie du travail par exemple, vous pouvez consommer un laitage ainsi que quelques fruits secs. En tous cas, vous ne devrez pas vous forcer à manger quelque chose, sinon vous risquez de faire un malaise : l’hypoglycémie est assez rare. Il est préférable d’entamer doucement l’activité puis d’attendre de voir comment le corps se comporte face à l’effort.

 

Comment s’alimenter en général ?

Au-delà du choix des aliments c’est d’abord une nouvelle démarche à instaurer, cela vous garantira une existence plus saine et plus longue pour que votre alimentation devienne votre seul médicament. Pour ce faire, évitez d’acheter les fruits et légumes autre part que dans les marchés près de chez vous, il faut préférer les productions des producteurs locaux. Évitez les plats surgelés au maximum et les fast-foods, et essayez de cuisiner vous-même ce que vous mangez.

 

Les protéines maigres : vos alliés

Elles doivent nécessairement faire partie de l’assiette de tout sportif qui veut progresser. Les protéines maigres permettent la stabilité de l’énergie. En plus, elles contribuent aussi à l’entretien des tissus, entre autre les fibres musculaires. Une multitude d’aliments protéinés contiennent également des gras qu’il est préférable d’éviter. Vous devez donc consommer en priorité des protéines avec une faible teneur en gras.

post

Comment prendre du muscle rapidement ?

Quand on a un corps plutôt fin et un métabolisme rapide, gagner du muscle n’est pas chose facile. Mais sachez qu’il y a des solutions efficaces qui vous permettront de vous muscler rapidement. Vous allez plus vous nourrir, faire des entraînements spécifiques et suivre les exercices qui vont vous faire prendre du volume. Lisez cet article pour passer en quelques mois de chétif à costaud.

 

Comment prendre du muscle rapidement

Ne cherchez pas à gagner de la force mais du muscle !

Pour prendre rapidement du muscle, il est préférable de ne pas essayer de gagner de la force. La prise de force n’est pas un moyen efficace de gagner en muscle. Il ne faut pas vous focaliser sur les haltères que vous soulevez, mais sur le volume de muscle que vous gagnez.

Gardez bien à l’esprit que que prendre de la force ne signifie pas forcément prendre du muscle.

En essayant simplement de soulever de plus en plus lourd, vous obtiendrez le résultat que vous gagnez de la force, ce n’est pas la bonne manière d’avancer. Il vous faut chercher à travailler autant que possible vos muscles, il faut les contracter le plus intensément possible et non pas juste pousser des barres. C’est une erreur assez fréquente dans les salles de musculation : concentrez votre entraînement sur la muscu, et non pas sur le « poussé de barre ».

 

Comment s’alimenter pour y arriver ?

Au cours de la prise de masse, il faut adopter une alimentation hypercalorique, qui soit riche en éléments nutritifs (protéines et glucides), au cours de plusieurs mois (3 à 4 mois). Il vous faut augmentez votre apport en glucides et en protéines afin de fournir à votre corps tous les nutriments indispensables à la construction musculaire. Le supplément alimentaire va aider à associer cette période à un entraînement de muscu plus intense et plus régulier que d’habitude. Mais ne consommez pas des aliments faits avec du sucralose, de l’aspartame, ou d’autres édulcorants artificiels ou naturels.

 

Bien se reposer pour récupérer !

Il ne faut pas négliger les périodes de récupération ! C’est au cours de la récupération que se fait la prise de masse. Quand vous ne vous entraînez pas, les muscles nécessitent du repos afin de mieux se reconstruire, se développer et se fortifier. Si les phases de récupération ne sont pas efficaces, ils ne seront pas suffisamment solides, ils peuvent se déchirer plus facilement, d’où les blessures.

post

La récupération après le sport : comment procéder ?

Chaque compétition, chaque séance d’entraînement, nécessite une dépense énergétique correspondant à l’intensité ainsi qu’à la durée de la sollicitation musculaire. Le corps accumule au cours de l’effort des troubles biologiques plus ou moins importants qui nécessitent un temps de reformation que l’on peut définir comme étant le temps de repos.

 

La récupération après le sport - comment procéder

 

Prendre le temps de bien s’étirer

Tous les sportifs professionnels ou amateurs le savent, l’étirement est essentiel dans le processus de récupération. C’est la première étape du processus de repos musculaire pour éviter les futures éventuelles blessures.

S’il est vrai que le fait de vous étirer si vous faites du running par exemple, ne vous permettra pas de courir plus vite forcément, et encore … Outre l’effet de récupération accepté de tous les spécialistes, certains étirements peuvent présenter une réelle efficacité pour l’amélioration des performances.

 

Porter des vêtements compressifs

Ils sont de plus en plus populaires, car permettent un meilleur retour sanguin (lymphatique et veineux). Leur action concerne surtout les membres inférieurs (les doigts de pieds au bassin) étant donné que ce sont leurs vaisseaux sanguins qui endurent le plus les effets de la pesanteur.

Il faut les tester pour comprendre : vous avez déjà eu à constater le phénomène suivant lorsque vous enlevez vos chaussettes : une marque de délimitation plutôt nette, le dessus est plus « gonflé » que le dessous. En portant un bas compressif recouvrant tous les membres inférieurs, en allant faire un running et vous pourrez observer que le « gonflement » des cuisses, mollets et pieds dus à l’activité physique est moindre. De nombreuses publications scientifiques relatives aux bas et chaussettes compressives publiées l’attestent.

 

Bien se reposer

On le répète tout le temps et des études récentes le confirment : le sommeil est très important pour la récupération de l’athlète. C’est très important que vous puissiez vous endormir à la suite d’un effort, surtout s’il est intense. Si vous ne dormez pas assez, trouvez un moyen de régler cela ou sinon essayez de revoir à la baisse votre quantité d’entrainement étant donné qu’on sait que les sportifs dormant 8 heures ou plus ont des résultats meilleurs et moins de blessures que les sportifs qui dorment moins (le sportif adolescent qui dort 5 heures par nuit a bien plus de chances de subir une blessure que celui qui fait 9 heures de sommeil). C’est malgré tout peut-être un peu plus difficile chez l’adulte plus âgé.

post

Comment devenir sportif professionnel ?

Le sportif pro pratique un sport de compétition, en équipe ou individuellement, et il en vit. Sa carrière étant en général de courte durée, la problématique de la reconversion, dans l’univers du sport comme dans d’autres secteurs, se pose au bout d’un moment.

 Comment devenir sportif professionnel

 

Les qualités requises pour devenir sportif professionnel

Très bon sportif, ben entendu, le sportif professionnel doit faire preuve de maturité et avoir un caractère ainsi qu’un mental solide pour pouvoir franchir les différents obstacles sur la route du haut niveau. Il lui faudra plein de sacrifices (sorties, activités annexes, vie de famille, etc.), le sportif pro doit aussi être à l’écoute d’un coach et être capable de se remettre en question continuellement, notamment lorsqu’il subit un échec ou afin de progresser davantage. En ce qui concerne les disciplines sportives les plus connues, le sportif de haut niveau sera également en mesure de savoir gérer ses relations avec les médias et son image.

 

En quoi consiste le travail ?

  • Une pratique d’excellence

Ni loisir ni métier, le sport professionnel est une pratique d’excellence agrée par les autorités ministérielles dans plus de 120 disciplines. Les athlètes de haut niveau se voient inscrits sur une liste pour 1 à 2 ans, dans 4 catégories : jeune, sénior, élite ainsi que reconversion, selon les performances réalisées dans les compétitions dont la liste est établie par le Comité national du sport de haut niveau.

  • Entraînements quotidiens

L’athlète de haut niveau dispose de qualités physiques et mentales spéciales qu’il entretient et développe de façon intensive tous les jours. Selon sa discipline sportive, son programme intègre stages, leçons techniques et préparation physique ainsi que mentale, à un rythme soutenu. L’athlète devra aussi s’occuper de son équipement. Les compétitions se déroulent, les week-ends, le plus souvent, et nécessitent de fréquents déplacements, à l’intérieur du pays comme à l’étranger.

  • Communication et organisation

Une organisation maximale est nécessaire pour gérer sa vie quotidienne selon les exigences de sa carrière sportive. L’athlète de haut niveau doit également savoir solliciter et organiser ses partenaires, financiers et techniques, négocier les contrats de sponsoring, accéder aux demandes des médias, gérer sa réputation et ses fans sur internet etc… Pour cela, il peut recourir aux services d’un manager, s’il en a les moyens, d’autant plus que l’extra-sportif peut être très compliqué à gérer pour un athlète qui désire se concentrer sur ses performances.

post

5 conseils pour éviter les blessures au sport

Le fait de pratiquer régulièrement une activité physique est important pour le bien-être de l’organisme et de l’esprit, tout le monde le sait. Toutefois, la pratique sportive peut parfois entrainer des douleurs articulaires, musculaires, tendineuses,…

5 conseils pour éviter les blessures au sport 

 

Hydratez-vous bien

L’activité physique engendre une perte d’eau parfois importante. Ces pertes hydriques se font tant par la transpiration qui permet de réguler la température du corps, que par l’utilisation de réserves de glycogène au cours de la production d’énergie nécessaire à l’effort.

Il est conseillé de s’hydrater régulièrement, en fait 1 à 2 h avant de commencer votre sport puis régulièrement au cours de l’effort puis au cours de la phase de récupération. Le fait d’avoir soif est un symptôme de déshydratation déjà avancé. Il est conseillé de ne pas attendre pour boire de ressentir la soif. Les eaux riches en minéraux, alcalines, contribuent à la récupération musculaire, ce qui est très important pour éviter les blessures.

 

Equipez-vous de façon adéquate

Pour exercer votre activité physique, veuillez à bien vous équiper de chaussures. Celles-ci doivent vous fournir un support correct, absorber les chocs puis être ajustées parfaitement à votre pied. Vous devez les choisir selon le sport que vous pratiquez.

 

Faire des étirements

Le fait de manquer de souplesse est l’une des causes principales de tendinites, de foulures et d’élongations, surtout chez les personnes âgées. Faire des étirements à la fin de toute séance de sport est donc très important.

 

Pensez à vous fortifier

Une musculature équilibrée et forte pourra stabiliser les articulations. Ainsi, quand vous faites du sport, vous devriez commencer doucement puis accroître l’intensité de l’entraînement petit à petit à mesure vous gagnez en force. En faisant des exercices de musculation précis, vous allez pouvoir fortifier vos diverses articulations, cela les protégera contre les blessures.

 

Dormez bien

Tout comme pour les sportifs professionnels, bien dormir est indispensable pour faire des performances même si vous faites du sport juste pour entretenir la forme. Source de récupération accrue et d repos, le sommeil aide à réguler la satiété et les émotions. C’est pourquoi, on doit respecter toutes les phases du sommeil. La fatigue accumulée affaiblit le corps et le rend plus fragile face aux blessures. Même si vous pratiquez le sport que de manière occasionnelle comme en vacances ou régulièrement, veuillez à vous accorder un sommeil de qualité, votre corps vous en remerciera.

post

Pieds gonflés: comment lutter contre efficacement ?

Des pieds et des chevilles enflés peuvent être dus à activité physique excessive, une blessure ou un problème de santé. Il faut évaluer la probabilité d’un problème plus important ou traiter chez vous des gonflements bénins. Si vous souffrez de ce genre de problèmes, le fait de changer certaines de vos habitudes peut bien en être la solution.

 Pieds gonflés - comment lutter contre efficacement

Pieds gonflés: les causes

Problèmes circulatoires : des déficiences dans la circulation veineuse peuvent causer sensation de chaleur, gonflement, fatigue, etc. Le sang s’accumulera dans les pieds étant donné qu’il n’a pas la possibilité de bien retourner vers le haut.

L’effort : si vous avez l’habitude de faire de longues promenades, de rester debout, de faire de l’exercice physique, de passer de longues heures sans vous assoir, vos pieds peuvent en souffrir.

L’obésité : la surcharge pondérale fatigue les pieds étant donné qu’ils doivent supporter l’ensemble du poids du corps.

Les chaussures : certaines chaussures non adaptées, trop hautes, trop étroites, ont tendance à ne pas laisser circuler correctement dans les pieds le sang.

 

Quelques solutions efficaces

– Préférez le froid : Sous la douche, mettez sur vos jambes ainsi que vos pieds un jet d’eau froide puis faites un massage des chevilles jusqu’à hauteur des genoux à l’aide d’une crème effet glaçon. Vous allez ainsi créer une mini vasoconstriction qui vous redonnera du tonus.

–Marchez pour stimuler la circulation : pratiquer la natation, la marche est très profitable, ou encore de la course à pied

–Faites attention à votre alimentation : Consommer des aliments riches en vitamine E,C ainsi que des acides gras oméga 3 vous permettra de prévenir ce phénomène.  En réduisant votre consommation d’aliments trop salés de même que le champagne et le vin vous constaterez des résultats.

–Hydratez-vous régulièrement : cela peut sembler paradoxal lorsqu’on fait de la rétention d’eau, boire beaucoup d’eau est fortement conseillé dans ce genre de situation

–Faites des séances de drainage lymphatique : les séances de massages doux, pratiqués par un kinésithérapeute, favorisent une meilleure circulation.

–Mettez des bas de contention : ils permettront de réduire l’insuffisance veineuse en exerçant des pressions dégressive du pied jusqu’à la cuisse. On peut en trouver sur prescription médicale pharmacie, en plus ils sont remboursés par la sécurité sociale.

Voilà quelques remèdes pour en finir avec les jambes lourdes ainsi que les pieds gonflés. Essayez-les quelques jours, si vous ne constatez pas de changements probants, n’hésitez pas à prendre contact avec votre médecin.

post

Judo, jiujitsu: quel art martial choisir pour l’auto-défense ?

Savoir se défendre en essentiel même dans nos sociétés actuelles régies par la loi où la non-violence constitue une vertu. En effet, savoir se défendre en situation de danger, ne signifie pas être violent, les arts martiaux sont destinés au contraire à nous aider à canaliser nos énergies. Nous parlerons dans cet article essentiellement du judo et du jiujitsu.

 

Quel art martial choisir pour l’auto-défense 

 

Pourquoi pratiquer ce genre de sports ?

La vocation des arts martiaux, c’est de servir à tout moment de notre existence. Leur portée dépasse clairement le cadre restreint de l’activité physique. Ainsi ils deviennent un véritable mode de vie et doivent s’accompagner d’une cohérente philosophie.

En gros, ces sports vous apporteront rigueur, discipline, ainsi que contrôle de soi et vous permettront d’évacuer le trop plein d’énergie,  la pression, et même de canaliser votre agressivité. Ils vous permettront également de prendre conscience de votre corps ainsi que de gagner en confiance ce qu’il vous faudra pour améliorer votre style de vie.

 

Le judo

Il s’agit de l’un des arts martiaux les plus populaires. Il est composé principalement de projections, d’étranglements, de contrôles au sol, ainsi que de clefs, c’est ainsi un sport très complet et technique. Le but du judo, c’est de permettre l’assouplissement du corps ainsi que de l’esprit. Il s’agit  d’ailleurs de la signification du mot judo, qui veut dire « voie de la souplesse ».

Ce sport permet d’entretenir le corps dans une excellente condition physique, étant donné qu’il sollicite pratiquement l’ensemble des muscles. Toutefois, les bras sont plus soumis à l’effort, étant donné que le judo mêle généralement projection et contrôle au sol de l’adversaire.

Autre atout de cet art martial : il est accessible à tous les gabarits et tous les âges, puisque le judoka ne s’appuie pas sur sa propre force mais c’est sur le poids de l’adversaire.

 

Le jiujitsu

Si vous cherchez un art martial qui se concentre sur des techniques de défense ainsi que sur la sortie de situations d’attaque. Alors, le jiujitsu est l’art martial que vous devez pratiquer, étant donné qu’il permet d’utiliser l’énergie ainsi que la force de l’attaque de l’adversaire contre lui-même, raison pour laquelle il permet de soumettre les attaquants plus massifs ou plus forts.

Si vous vous retrouvez dans une position où vous devez vous défendre, grâce au jiujitsu vous pourrez éviter les attaques frontales, vous défaire d’une prise puis prendre le dessus rapidement.

post

Les exercices physiques à pratiquer pour perdre le maximum de gras

Pour faire des exercices minceur efficaces, vous pourriez penser qu’il vous faudra dépenser beaucoup d’argent dans l’achat des équipements nécessaires, ou qu’il faudra vous inscrire dans une salle de gym ou programme minceur coûteux. Faux, voici quelques exercices physiques qui vous feront perdre beaucoup de gras et que vous pourrez pratiquer sans vous ruiner.

 

Les exercices physiques à pratiquer pour perdre le maximum de gras

Monter les escaliers

Les escaliers sont une saine alternative aux escaliers mécaniques et autres ascenseurs. En montant autant que possible les escaliers, vous pourrez brûler pas mal de calories. Mais attention, il s’agit d’une activité qui exerce une pression importante sur les genoux. Ainsi, on suggère d’effectuer cet exercice pendant une période de temps assez courte, pas plus de 15 minutes d’affilée (à répéter par jour plusieurs fois).

 

La randonnée pédestre

C’est sans doute l’un des meilleurs exercices pour perdre du gras, la marche est aussi l’exercice le plus économique. Le simple fait de marcher fait des merveilles si vous avez l’intention de brûler les calories ! En plus du fait que la marche permet de brûler une bonne quantité de gras, elle est aussi utile pour garder une bonne santé. Vous pourrez vous promener dans un parc, ou marcher à votre rythme sur un tapis de course, à une allure soutenue matins ou soirs. N’oubliez pas de porter les chaussures adéquates pour éviter les blessures.

 

La planche haute

Cet exercice consiste à mettre votre corps en position de pompes puis de ne plus bouger. Vous devrez maintenir la position avec vos mains situées immédiatement en-dessous de vos aisselles ainsi que vos jambes bien droites. Placez votre nombril contre le dos en le contractant afin de créer un dos parfaitement plat.

 

L’intensité : pas besoin d’en faire trop !

Il faut savoir que notre organisme ne puisse pas de manière équivalente dans les réserves de lipides et de glucides. Tout dépend de l’intensité de l’effort. Oubliez ce que vous croyez, c’est un effort prolongé et modéré qui va surtout puiser dans les réserves de lipides. Etant donné que les exercices intenses brûleront surtout les glucides, plus rapidement disponibles (mais qui s’épuisent vite). Pour mesurer l’intensité d’un effort, il faut se baser sur un paramètre spécifique à chaque individu, dénommé la VO2 max, il s’agit du volume maximum d’oxygène consommé au cours d’un exercice. Une activité physique qui va mobiliser les graisses devrait ainsi se situer autour de 45 % de la VO2 max.

post

Les métiers du sport

Pour un sportif de haut niveau, on compte des dizaines de professionnels du sport, dans des domaines aussi divers que la détection de nouveau talents, la formation, la préparation au haut niveau, le suivi médical, le management de carrière etc… Le monde de sport, est composé de métiers divers qui recrutent et qui méritent d’être mieux connus.

 

Les métiers du sport

Des métiers variés

D’une part, quelques stars du cuir rond qui affichent des revenus dignes des patrons des grandes multinationales. Et d’autre part, des moniteurs entraînant des enfants dans de des structures et qui touchent à peine le SMIC. C’est bien là le paradoxe de ce secteur, originairement associatif et conçu sur le bénévolat. Sur l’intervalle formé de ces deux extrêmes, existe une palette de métiers : conseiller technique, entraîneur, professeur d’éducation physique et sportive (EPS), kiné, journaliste, vendeur d’articles de sport … Sans compter que l’on peut aussi chercher des sponsors, diriger un club, coordonner des hobbies sportifs dans une municipalité, gérer un stade,… Une trentaine de métiers sont ainsi ciblée.

 

L’emploi marque des points

Toutes activités confondues, ce secteur entretient près de 300 000 salariés sans prendre en compte les professionnels employés en contrat saisonnier ou à temps partiel. Qui sont les principaux employeurs? Les fédérations, les clubs, les centres de vacances, l’État, les villes, mais aussi les médias, les enseignes spécialisées, les salles de regain de forme, …

Si le haut niveau de sport fait rêver, il concerne malheureusement très peu d’élus. Seulement une infirme partie des athlètes réussissent à en vivre avec une carrière souvent brève.

L’instruction représente un volume d’emplois marquant, avec près de 37 500 enseignants d’EPS. Seulement il faille passer la barre des concours : près de 2 500 candidats ont postulé au Capeps en 2014, pour 710 postes ouverts.

Il existe aussi des places sont à prendre dans l’animation sportive, sauf qu’il s’agit souvent, surtout en début de carrière, de petits contrats et de temps partiels. Plusieurs éducateurs sont mieux fournis, comme ceux des métiers de maîtres-nageurs et de mise en forme. Enfin, la vente d’articles sportifs recrute aussi.

 

Un niveau de formation qui s’élève

Se professionnalisant plus inlassablement, le secteur du sport augmente ses exigences en matière de formation. Ainsi, il n’est plus possible qu’avec sa seule passion vous ayez un bon niveau dans votre discipline. Les recruteurs visent des professionnels ayant suivi une formation bien adaptée, qu’il s’agisse d’un diplôme d’Etat, un brevet, ou d’un master en  sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) qui ouvre beaucoup de portes. Pour le côté gestion ou santé, il suffit de suivre des cursus généralistes, appuyés d’une spécialisation.