post

Les dangers de la boxe

Des risques pour les pros.

De plus en plus de jeunes se tournent vers la boxe, un sport qui à la base est sensé entretenir son corps et non à extérioriser sa colère. Toutefois certains utilisent ce sport pour évacuer ses frustrations de manière démesurée. Catégoriser parmi les sports de combats, la boxe et l’un des sports les plus dangereux. Mais cela n’empêche pas certains de le pratiquer malgré les risques encourus. Sans doute parce qu’ils n’ont pas encore conscience du vrai danger qui entoure ce sport. En effet, même si le port de casque est obligatoire chez les amateurs, il ne fait que limiter les dégâts causés. C’est une tout autre histoire pour les professionnels qui eux ne le portent pas durant les combats ce qui les exposent plus aux risques.

Des séquelles parfois à vie.

Les dangers de la boxe résident dans la plupart des cas dans les coups portés sur la tête. Ces coups entraînent divers blessures : saignement ou fractures du nez, ouverture de l’arcade sourcilière voire même fractures de la pommette ou de la mâchoire, qui laisseront par la suite des traces allant de simples blessures à des séquelles à vie. On remarque aussi chez certains pratiquants un décollement de la rétine provoqué par l’accumulation des coups. Une fois atteint, le boxeur ne pourra plus pratiquer car il faut savoir qu’une rétine décollée se recolle mais qu’à la suite l’intéressé devra arrêter la boxe. Cependant, le décollement de la rétine n’est pas la seule pathologie provoquée par les coups reçus à la tête. Il en existe d’autres tels que les lésions cérébrales qui constituent le danger le plus redoutable de ce sport. En effet, elles ont un impact direct sur le fonctionnement du cerveau. Cela se traduit par la diminution de la performance intellectuelle et la perte de la mémoire.

Des carrières éphémères.

Ces conséquences font de la boxe un sport dangereux. De plus certains boxeurs ne se ménagent pas du tout. S’entraînant d’arrache pied et encaissant coup sur coup, ils vont au devant des risques en ignorant les recommandations faites par les soignants. Cela entraîne parfois un raccourcissement voire même la fin de leur pratique de ce sport rendant ainsi leur carrière éphémère.