post

La récupération après le sport : comment procéder ?

Chaque compétition, chaque séance d’entraînement, nécessite une dépense énergétique correspondant à l’intensité ainsi qu’à la durée de la sollicitation musculaire. Le corps accumule au cours de l’effort des troubles biologiques plus ou moins importants qui nécessitent un temps de reformation que l’on peut définir comme étant le temps de repos.

 

La récupération après le sport - comment procéder

 

Prendre le temps de bien s’étirer

Tous les sportifs professionnels ou amateurs le savent, l’étirement est essentiel dans le processus de récupération. C’est la première étape du processus de repos musculaire pour éviter les futures éventuelles blessures.

S’il est vrai que le fait de vous étirer si vous faites du running par exemple, ne vous permettra pas de courir plus vite forcément, et encore … Outre l’effet de récupération accepté de tous les spécialistes, certains étirements peuvent présenter une réelle efficacité pour l’amélioration des performances.

 

Porter des vêtements compressifs

Ils sont de plus en plus populaires, car permettent un meilleur retour sanguin (lymphatique et veineux). Leur action concerne surtout les membres inférieurs (les doigts de pieds au bassin) étant donné que ce sont leurs vaisseaux sanguins qui endurent le plus les effets de la pesanteur.

Il faut les tester pour comprendre : vous avez déjà eu à constater le phénomène suivant lorsque vous enlevez vos chaussettes : une marque de délimitation plutôt nette, le dessus est plus « gonflé » que le dessous. En portant un bas compressif recouvrant tous les membres inférieurs, en allant faire un running et vous pourrez observer que le « gonflement » des cuisses, mollets et pieds dus à l’activité physique est moindre. De nombreuses publications scientifiques relatives aux bas et chaussettes compressives publiées l’attestent.

 

Bien se reposer

On le répète tout le temps et des études récentes le confirment : le sommeil est très important pour la récupération de l’athlète. C’est très important que vous puissiez vous endormir à la suite d’un effort, surtout s’il est intense. Si vous ne dormez pas assez, trouvez un moyen de régler cela ou sinon essayez de revoir à la baisse votre quantité d’entrainement étant donné qu’on sait que les sportifs dormant 8 heures ou plus ont des résultats meilleurs et moins de blessures que les sportifs qui dorment moins (le sportif adolescent qui dort 5 heures par nuit a bien plus de chances de subir une blessure que celui qui fait 9 heures de sommeil). C’est malgré tout peut-être un peu plus difficile chez l’adulte plus âgé.

post

Comment devenir sportif professionnel ?

Le sportif pro pratique un sport de compétition, en équipe ou individuellement, et il en vit. Sa carrière étant en général de courte durée, la problématique de la reconversion, dans l’univers du sport comme dans d’autres secteurs, se pose au bout d’un moment.

 Comment devenir sportif professionnel

 

Les qualités requises pour devenir sportif professionnel

Très bon sportif, ben entendu, le sportif professionnel doit faire preuve de maturité et avoir un caractère ainsi qu’un mental solide pour pouvoir franchir les différents obstacles sur la route du haut niveau. Il lui faudra plein de sacrifices (sorties, activités annexes, vie de famille, etc.), le sportif pro doit aussi être à l’écoute d’un coach et être capable de se remettre en question continuellement, notamment lorsqu’il subit un échec ou afin de progresser davantage. En ce qui concerne les disciplines sportives les plus connues, le sportif de haut niveau sera également en mesure de savoir gérer ses relations avec les médias et son image.

 

En quoi consiste le travail ?

  • Une pratique d’excellence

Ni loisir ni métier, le sport professionnel est une pratique d’excellence agrée par les autorités ministérielles dans plus de 120 disciplines. Les athlètes de haut niveau se voient inscrits sur une liste pour 1 à 2 ans, dans 4 catégories : jeune, sénior, élite ainsi que reconversion, selon les performances réalisées dans les compétitions dont la liste est établie par le Comité national du sport de haut niveau.

  • Entraînements quotidiens

L’athlète de haut niveau dispose de qualités physiques et mentales spéciales qu’il entretient et développe de façon intensive tous les jours. Selon sa discipline sportive, son programme intègre stages, leçons techniques et préparation physique ainsi que mentale, à un rythme soutenu. L’athlète devra aussi s’occuper de son équipement. Les compétitions se déroulent, les week-ends, le plus souvent, et nécessitent de fréquents déplacements, à l’intérieur du pays comme à l’étranger.

  • Communication et organisation

Une organisation maximale est nécessaire pour gérer sa vie quotidienne selon les exigences de sa carrière sportive. L’athlète de haut niveau doit également savoir solliciter et organiser ses partenaires, financiers et techniques, négocier les contrats de sponsoring, accéder aux demandes des médias, gérer sa réputation et ses fans sur internet etc… Pour cela, il peut recourir aux services d’un manager, s’il en a les moyens, d’autant plus que l’extra-sportif peut être très compliqué à gérer pour un athlète qui désire se concentrer sur ses performances.